Accueil > Emissions > Essais atomiques français : un silence contaminé

Essais atomiques français : un silence contaminé

Diffusée le 02 mai 2013

Par les radioactif-ve-s

Retour sur les essais nucléaires français menés en Polynésie de 1966 à 1996, à l’heure d’une soi disant levée du secret défense. Avec nos invités nous tenterons de comprendre comment la France a pu mener ces essais atomiques dans une telle opacité et désinformation des habitants et des militaires concernés, de déchiffrer la loi Morin (2010) qui n’indemnise aucune victime ou si peu et d’aborder les conséquences médicales et sanitaires de ces tirs.

Invité plateau : Patrick DOUVILLE. Vétéran basé à Mururoa en 1968 sur le MEDOC, bâtiment de transport de troupes, il a été témoin de deux point zéro et se mobilise actuellement pour que l’Etat français reconnaisse sa responsabilité dans les dommages qu’il perpétua.

Invité au téléphone : Patrice BOUVERET, directeur de l’observatoire des armements, institution qui a mené de nombreuses études sur les conséquences des effets nucléaires français au Sahara et en Polynésie, qui ont contribué à la création de l’Association des Vétérans de l’Armement Nucléaire et de Moruroa e tabou et qui a participé aux tables rondes pour l’écriture de la loi Morin.

Pour télécharger l’émission :

MP3 - 54.5 Mo

Pour réécouter l’émission :

IMG/mp3/ZE_RA_essais_nukl_ok2_02-05-2013.mp3

Emission animée par Céline, Gilles, Sara et Cyril à la technique.

1 Message

  • Essais atomiques français : un silence contaminé 13 mai 2013 11:14, par de Maillefeu

    On ne peut pas en terme de justice impartiale demander au Ministère de la Défense d’être juge et partie sur la légitimité des recours fait sur les conséquances sanitaires des victimes des effets radiosinduits et ses risques quand aux pathologies sur lesquelles il n’y a pas eu le moindre suivi sanitaire auprès des populations victimes des effets nucléaires de la part des responsables desdits essais nucléaires...Une omerta de cette nature durant une période aussi longue devrait être conduite désormais sur la légitime reconnaissance de facto du "Pressium doloris" psychologique et physiologique, des populations identifiées comme avoir avoir été simplement exposées en étant présentes physiquement géographiquement,et qui peuvent encourir ensuite ou déclencher à tout moment ultérieurement des pathologies liés aux effets radiosinduits de ces expérimentations nucléaires en fonction des organismes physiologiques de chacun... Une reconnaissance + globale serait nécessaire comme aux réparations légitimes des préjudices subis en vertu du "Pressium doloris" sur ces populations...

    repondre message

Répondre à cet article

SPIP | Espace privé | Suivre la vie du site RSS 2.0

Licence Creative Commons